poesie jeunesse 530x200

ArtsyBee (Domaine public)

OPAC Détail de noticeIl était une fois... Contes en haïku de Agnès Domergue et Cécile Hudrisier
(Thierry Magnier, 2013)

Petit capuchon
noisette et fraise des bois
rencontrent le loup

Vouloir raconter un conte en trois lignes, c'est essayer de mettre un kilo d'oranges dans une toute petite fiole !
Un pari un peu fou, vingt haïkus illustrés, comme autant de petits mondes merveilleux et énigmatiques qui contiendraient l'essence de chaque contes.
À savourer, à deviner...


OPAC Détail de noticeUn jour de Ju-Yeon Yoo (Illustrateur) sur un poème de Kza Han (Auteur)
(MeMo, 2010)

Un petit oiseau rouge s'ennuie dans son arbre.
Il traverse la forêt urbaine et déjoue les pièges de la mégalopole, jusqu'à son retour sur l'arbre.

Poème illustré à l'encre de Chine avec des tampons de couleur.




OPAC Détail de noticeDes milliers de jours de Vincent Gaudin & Amélie Jackowski
(Belin, 2010)

Un album accordéon sur le temps qui passe, ce qui reste et ce qui s'efface. Un livre sur la mort et le sens de la vie.







OPAC Détail de noticeLa bouche pleine, Poèmes pressés de Bernard Friot
(Milan, 2008)

"(...) /dans ma cuisine je parle toutes les langues/je me brûle les doigts et les papilles/aux sonorités des mots que je mâchouille/moussaka kouign-amann jambalaya/aiguillette baba crépinette et ratatouille/jamais je ne serai rassasié/de papier imprimé"

Bernard Friot s'empare des mots et compose, comme un chef trois étoiles, des poèmes d'une succulence rare. Car chaque situation liée à la nourriture est une source potentielle pour inventer des poèmes sérieux, drôles, impertinents, absurdes ou espiègles. Des mots qu'une mise en page inventive vient mettre magnifiquement en valeur. Des mots que l'on prend plaisir à partager et à lire à voix haute. Des mots pour ne jamais se rassasier de ces insolites mets poétiques.
À découvrir d'urgence et à en parler autour de soi,... la bouche pleine, bien évidemment !


OPAC Détail de noticeRemontants et ricochets de Jean-Claude Touzeil
(SOC & FOC, 2012)


Jean-Claude Touzeil, cet amoureux des arbres, donne à entendre ce qui l'entoure. Que ce soit réel ("Au marais/j'ai aperçu/le cou du héron") ou imaginé ("la girafe allume/son gyrophare"), ses poèmes traduisent une sensibilité portée vers la nature ("Dans la forêt de Conches-en-Ouches/On trouve des choses très chouettes"). Ici, les alitérations fleurissent, et, là, de simples mots se réunissent pour décrire ou dire les choses du dehors.

Un recueil joliment illustré par Valentine Manceau dans lequel il fait bon flâner.