Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Édition 2014

Édition 2014

Édition 2014

amandine marembert et s il ne parlait pasPour l'édition 2amandine marembert 200x300014, le jury du prix Jean Follain de la ville de Saint-Lô a choisi le très beau livre en prose poétique d'Amandine Marembert, Et s'il ne parlait pas ? (Éditions Les Arêtes).
Présidé par Bernard Fournier, la remise du Prix a eu lieu le samedi 4 octobre, à la médiathèque en présence d'Amandine Marembert et de son éditrice Sandrine Pot.


Dans Et s'il ne parlait pas ?, Amandine Marembert évoque l'amour d'une mère pour son petit garçon qui ne parle pas, ou qui comme le dit sa petite sœur « ne parle pas comme on dit ». Avec pudeur et tendresse, à l'affût des gestes, des regards, l'auteur se tient à l'écoute des silences et nous découvre un monde de sentiments, d'émotions et d'images.



il vient prendre ma main
pour m'inviter à pousser la balançoire
je sens le tas de mots accumulés
au creux de sa paume


Et il fallait bien les mots de Bernard Fournier, poète et président du jury, pour nous faire sentir toute la force et la sensibilité de l'ouvrage :

"D’eprix follain marembertntrée de jeu, l’auteur nous place devant la singularité de la parole. D’un côté, une voix professionnelle « Et s’il ne parlait pas », de l’autre, la réponse de la famille « mais il nous a parlé ». Tout le livre va décliner cette curieuse approche du langage autrement que par les paroles. Car il est vrai que lorsque nous parlons, c’est tout notre corps qui s’exprime avec notre langue. Ainsi c’est au manque de paroles que nous initie Amandine Marembert.

les auditeurs sauraient avec lui
être attentifs aux silences
qui approfondissent les mots

Au-delà de ce silence, au-delà des mots, au-delà de la profusion des paroles, il y a le dialogue entre l’enfant différent et le monde qui l’entoure. Difficile dialogue, dialogue parfois trompeur ou échec du dialogue ; mais dialogue tout de même avec toutes les difficultés « il ne saura pas me raconter ce qui s’est passé » ; dialogue encore, infime « il me dit viens », dialogue toujours, riche et fructueux :

sa petite sœur parle pour deux
le jour et la nuit
la parole et le silence
qu’ils relient ensemble : en un rire partagé

On pense au Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, avec ce petit garçon qui n’a pas de mots pour s’exprimer quand :

sa sœur : joue aux sept familles
elle demande en silence : le grand petit frère

On est charmé par ces vers qui coulent comme de la prose, et qui nous arrêtent au moment où on s’y attend le moins : qui nous arrêtent, qui nous émeuvent, qui nous changent."


jure du prix follain2 300x400Claire Larquemain, attachée de presse et maman d’une petite fille de 3ans, participe cette année au jury qui se réunira en septembre pour décerner le Prix Jean Follain 2014. Nous l’avons rencontrée pour un échange autour de sa participation au prix, de la prose poétique et de la place que tient l’écriture dans sa vie.


La bibliothèque : As-tu déjà participé à un prix littéraire ?

Claire : Non jamais, c’est la première fois et je n’y aurais jamais pensé si Janine Mesnildrey de l’association Lire à Saint-Lô qui anime les ateliers d’écriture de la bibliothèque ne l’avait pas proposé à notre groupe. J’ai accepté car j’écris régulièrement depuis plusieurs années. J’ai même créé un blog sur lequel je publie mes textes chaque semaine. J’envisage de présenter bientôt un premier recueil de textes à un éditeur, alors participer au prix Follain était pour moi une opportunité de voir comment travaillent les auteurs et ce qu'ils publient.

La bibliothèque : Quel genre de textes écris-tu ?

Claire : De la prose poétique et des petites nouvelles. Des textes courts... Un texte chaque semaine environ. En ce moment j’écris sur le thème de la maternité... J’ai lu Nos mères d’Antoine Wauters qui est un des textes sélectionnés pour le prix Follain ; ce texte m’a passionnée et influencée dans mon travail. Et puis récemment, j’ai reçu les encouragements d’Alexis Gloaguen, un auteur qui est venu pour une rencontre à la bibliothèque de Saint-Lô. Ses mots m’ont touchée, maintenant on correspond...

La bibliothèque : Et quel genre de textes lis-tu ?

Claire : Un peu de tout, des auteurs classiques comme Zola, Hugo... et puis des choses plus légères et distrayantes comme Nothomb ou Pancol. Claudie Gallay m'a beaucoup touchée avec Les Déferlantes et dernièrement j'ai dévoré L'île des oubliés de Victoria Hislop. Côté poésie, j'ai découvert le poète breton Gérard Le Gouic, ses textes me parlent beaucoup.

La bibliothèque : Peux-tu nous parler plus précisément d’un auteur qui t’a marqué ?

Claire : Prévert ! Je l'ai découvert à travers le jardin que ses amis ont aménagé à Saint-Germain-des-Vaux pour lui rendre hommage. De petits textes jalonnent le parcours qu'on emprunte dans le jardin. J'ai été transpercée par ses mots, sa poésie et aussi son humour...Comme il a fini sa vie dans la Hague, près de chez moi, j'ai voulu le lire. J'aime souvent me replonger dans ses textes très régulièrement.

La bibliothèque : Quelles sont les personnes qui t’ont transmis ce goût pour la lecture et l’écriture ?

Claire : D’abord des enseignants. J’ai eu quelques profs passionnants, notamment François David au lycée Millet à Cherbourg. Il est également auteur et éditeur (créateur des éditions Motus). Puis quand l'écriture est venue à moi, j'ai découvert que plusieurs membres de ma famille écrivaient : mon grand-père, sa sœur, ou encore ma mère...

La bibliothèque : Une passion familiale ? Quelle chance tu as ! Et Jean Follain, tu connais ?

Claire : Pas encore, mais obligée, après le prix je m’y mets !


Lien vers le Blog de Claire Larquemain : Blonde.thinking.on.sundays.overblog.com

Les membres du jury ont commencé les lectures pour le prix qui sera décerné le 3 octobre.


jure du prix follain 300x200Mickaël Grillot, professeur de français au collège de Torigni-sur-Vire et papa de deux jeunes enfants, fait parti du jury qui se réunira en septembre pour choisir le lauréat du prix Jean Follain 2014. Nous l’avons rencontré pour un moment de discussion autour de l’écriture, le bonheur de lire, la place des livres dans sa vie et… la prose poétique !









La bibliothèque : Pourquoi as-tu accepté de participer au jury cette année ?

Mickaël : J’avais déjà refusé en 2012 parce que j’ai vraiment beaucoup de travail, mais cette année j’ai accepté parce que j’adore ça ! Les livres, la lecture…

La bibliothèque : La prose poétique, c’est quoi pour toi ?

Mickaël : C’est ce que j’enseigne ! Au collège en troisième, on s’intéresse à la poésie du 20e siècle qui a dynamité tous les codes classiques. On lit Apollinaire qui a supprimé la ponctuation, qui a joué avec les mots en faisant des calligrammes… Face à ces textes, le lecteur doit être plus impliqué. Le texte s’écrit à deux : l’auteur et le lecteur. Dans un autre genre, Prévert est très apprécié des jeunes. Ça leur plaît car c’est ludique et simple. C’est une bonne porte d’entrée dans l’écriture poétique contemporaine…
La prose poétique est un carrefour entre plusieurs genres. Je viens de lire un texte qui m’a beaucoup plu dans la sélection pour le prix Follain : « La concordance du temps » de Christine Van Acker aux éditions Esperluette. C’est un texte qui est au carrefour de la poésie, du récit et du théâtre. On ne peut pas le mettre dans une case précise… mais c’est ce qui est intéressant.

La bibliothèque : Te souviens-tu d’un auteur qui a été un choc pour toi ?

Mickaël : Antonin Artaud ! J’avais 18 ans, ma prof nous choisissait des lectures personnalisées : tel texte pour tel élève… elle m’a donné « L’ombilic des limbes » d’Artaud. Je n’avais jamais entendu parler de l’auteur. Je me suis vraiment demandé ce que c’était que ce texte… Oui, là j’ai eu un choc !

La bibliothèque : Tu lis quand et où ?

Mickaël : Quand je peux. Ce matin j’ai lu à table pendant le petit déjeuner… Quand mes élèves sont occupés par un travail, je lis en classe aussi. J’ai une bibliothèque dans ma classe ; les élèves peuvent emprunter ce qu’ils veulent.

La bibliothèque : Une personne a-t-elle été déterminante dans ton goût pour la littérature ?

Mickaël : Oui, mon grand-père, c’est lui qui m’a transmis ce goût…

La bibliothèque : Merci à toi et bon courage pour la lecture cet été !



Vous pouvez retrouver la liste des livres de la sélection sur notre site.